12 sous-marins français à construire pour l’Australie : le contrat du siècle.

L’information est si importante que la rédaction du Conscrit ne pouvait que décider d‘ y consacrer un article empreint d’une certaine fierté.

En effet, ce lundi 11 Février dernier en présence de la ministre des armées F.PARLY en terre australienne, Canberra et Paris ont formellement signé un « partenariat stratégique » d’une valeur contractuelle colossale de 50 milliards de dollars australiens (soit 31 milliards d’euros) pour la construction de 12 sous-marins destinés à la marine australienne afin d ‘affirmer les futures ambitions de l’Australie dans le Pacifique.

Le Premier ministre australien Scott Morrison a salué un « plan très ambitieux » lors d’une cérémonie organisée à cet effet, rappelant qu’il s’agissait là du « plus important investissement consenti en matière de défense en temps de paix par l’Australie ».

Cest Naval Group, groupe industriel français spécialisé dans l’industrie navale de défense et les énergies marines renouvelables qui a été retenu en 2016 (au terme de longues négociations ) pour diriger la conception et la construction des douze navires et du chantier naval. Une première livraison est prévue en 2030. Son PDG Hervé Guillou a affirmé que l’Australie avait choisi le sous-marin français pour : son endurance, sa portée et sa supériorité acoustique. « Nous avons aujourd’hui une offre aux Pays-Bas », a-t-il dit, en espérant que le succès australien soit un tremplin. Cela nous donne aussi de la crédibilité pour d’autres offres pour de plus petits sous-marins comme en Inde, en Pologne, au Brésil et ainsi de suite ». 

Au bas mot, ce contrat va permettre la création d’environ 2.800 emplois en Australie, selon le Premier ministre de l’Etat d’Australie-Méridionale et occuper pleinement 500 personnes en France.

« Il faut beaucoup de confiance de la part de l’Australie pour parier sur la France, et beaucoup de confiance de la part de la France pour partager avec l’Australie des compétences qui sont tellement au cœur de notre souveraineté, de notre autonomie stratégique et qui résultent d’investissements immenses pendant des décennies », a déclaré Florence Parly lors de la cérémonie, sadressant au ministère australien de la Défense à Canberra.

La ministre française a également souhaité balayer les critiques relatives à la longueur des négociations. « Derrière ces masses d’acier sombre, derrière ces bêtes sans yeux », a-t-elle dit, il y a une amitié, une communauté d’intérêts, une vision et un attachement commun au multilatéralisme ».

La rédaction du Journal Le Conscrit souligne avec fierté la reconnaissance du savoir-faire français retenu dans la signature de ce contrat du siècle. Elle n’hésite pas à opposer une fin de non-recevoir aux critiques lues ça et là sur la lenteur de l’issue heureuse de ce contrat en signifiant pour toute réponse, un Cocorico vif et sonore, notre nation en ayant grand besoin en ces temps austères !

Mercedes CREPIN

Rédactrice-en chef

 

Crédit photo : overblog FR.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.