le Jaguar : nouvel engin prédateur de l’armée de terre.

Le Jaguar, prédateur robuste et puissant ! voici deux qualificatifs appropriés au nouvel engin blindé de reconnaissance de combat (EBRC) du même nom.
Il est une chose certaine, le jaguar fut la star du dernier salon Eurosatory en Juin dernier. Que l’on fut civil ou militaire,  il attira le regard, scruté sous toutes ses coutures !

Nous vous invitons à nous suivre dans le détail des coutures :

Véhicule 6×6 de la classe des 25 tonnes, le Jaguar est doté d’une protection d’un niveau élevé, contre les mines, les engins explosifs improvisés (IED) et les menaces de tirs extérieurs. Il est composé d’un équipage de trois hommes (chef d’engin, tireur et pilote). 

D’un point de vue armement, il dispose d’un canon 40 mm télescopé, de Missiles Moyenne Portée (MMP) et d’une mitrailleuse télé-opérée de 7,62 mm.

Cerise sur le gâteau :  la vétronique.  Soit ses systèmes électroniques embarqués, qui sont similaires à ceux du Véhicule blindé multirôles (VBMR) *Griffon * qui ouvre le pas du combat dit collaboratif.

Prenons un exemple de mise en situation de combat :  un Griffon repère une cible ennemie, il pourra communiquer sa position à un Jaguar afin qu’il l’a détruise avec son canon de 40 mm CTAS ou ses MMP. En outre, la vétronique joue un rôle déterminant pour la protection du véhicule, notamment grâce à des algorithmes, qui proposeront à son équipage plusieurs options pour faire face à une menace.

Avis aux équipages fidèles dont pilote, chargeur, tireur et chef d`engin, Le Jaguar s’annonce-t-il en mesure d’imposer une puissance de combat jamais égalée?
La Loi de programmation militaire 2019-2025 fixe une livraison de 300 Jaguars, dont 150 d’ici 2025.
Reste un sentiment qui circule doucement mais surement au sein de l’Armée de terre : le Jaguar s’annonce être la Rolls Royce d’une nouvelle génération de chars blindés.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.