Une attaque du groupe djihadiste Boko Haram a tué 92 soldats, a déclaré mardi le président tchadien Idriss Déby Itno, qui s’est rendu sur les lieux de l’attaque à Boma, dans la province du Lac.

« Nous avons perdu 92 de nos soldats, sous-officiers et officiers » dans l’attaque qui a eu lieu dans la nuit de dimanche à lundi « , c’est la première fois que nous perdons autant d’hommes », a indiqué le président dans une intervention. diffusé sur une chaîne publique. « L’ennemi a porté un coup majeur à notre système de défense dans ce domaine », a déclaré un officier supérieur qui a requis l’anonymat.

Multiplication des attaques terroristes

L’attaque contre des soldats dans la péninsule de Boma a duré au moins sept heures et les renforts envoyés ont eux-mêmes été pris pour cible, a expliqué un autre militaire à l’AFP. Selon lui, 24 véhicules de l’armée ont été détruits, y compris des véhicules blindés, tandis que du matériel militaire a été récupéré et emmené sur cinq vedettes rapides par des éléments de Boko Haram. Boko Haram a multiplié les attaques dans les îles marécageuses du bassin du lac Tchad ces derniers mois, à la frontière avec le Nigéria, le Tchad, le Niger et le Cameroun.

L’insurrection de Boko Haram a fait 36 ​​000 morts et près de 2 millions de déplacés dans le nord-est du Nigéria depuis ses débuts en 2009, selon l’ONU. Le groupe djihadiste a étendu son action au Niger, au Tchad et au Cameroun voisins. Depuis 2015, les pays de la région luttent contre ces djihadistes au sein de la Force multinationale mixte (MNJTF), coalition régionale engagée autour du lac Tchad avec l’aide de comités de vigilance composés d’habitants.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.