Vente bradée de bâtiments des armées à la ville de Paris : perte estimée à 321 millions d’euros.

En date du 21 Décembre dernier, la page web de Radio Brunet – RMC citant le rapport de l’iFRAP* nous apprend que le Ministère des armées aurait bradé certains bâtiments du site de l’îlot Saint-Germain dans le VIe arrondissement à Paris qui leur appartenaient.

Soit, toujours selon Radio Brunet – RMC :

Un espace de 17.000 mètres carrés au total, dont la valeur estimée par l’institut France Domaine atteignait 350 millions d’euros. En 2015, l’ensemble des états-majors a déménagé à Balard, dans le XVe arrondissement de la capitale. Il fallait donc se séparer des bâtiments de l’îlot Saint Germain.

En mai 2018, la régie immobilière de la ville de Paris a signé l’acte de vente de cet ensemble pour… 29 millions d’euros. Soit une décote de 90% dans un quartier où le mètre carré coûte près de 14.000 euros.

Comment expliquer ça, grâce à la loi Duflot. Depuis 2014, elle introduit un mécanisme de décote sur les cessions de biens publics pouvant atteindre 100 % de la valeur d’un bien si celui-ci est transformé en logements sociaux.

La ville de Paris a donc obtenu pour le développement de ses logements sociaux, une remise estimée à 321 millions d’euros en faveur de sa régie immobilière. Mais également une perte de 321 millions pour le ministère de la Défense, (…)

Nous vous avouons qu’au sein de la Rédaction du Journal Le Conscrit, *les bras nous en tombent* !

Car même si la dite-vente s’appuie sur une loi constitutionnelle (la loi Duflot) et s’avère être *légale*, elle démontre avant tout que le ministère des Armées choisit de perdre 321 millions d’euros tandis qu’il nous annonce que les armées devront financer seules (sans solidarité interministérielle qui prévalait depuis plus de 10 ans) les Opex et Opint à hauteur de 404 millions d’euros dont quelque 319 millions d’euros seront rabotés sur le budget de la Défense.

Chercher l’erreur !

La rédaction.

 

Crédit info : RADIO BRUNET – RMC 

Crédit photo : Pixabay

 

iFRAP * : Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques, inscrit comme représentant d’intérêts auprès de l’Assemblée nationale.

Une pensée sur “Vente bradée de bâtiments des armées à la ville de Paris : perte estimée à 321 millions d’euros.

  • 28/12/2018 à 21:50
    Permalink

    A qui profite le crime ? Va-t- on se foutre des contribuables encore longtemps ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.