Justice bien rendue : acquittement pour notre ancien légionnaire de gare du Nord.

La justice des hommes a fait son travail et nous l’applaudissons !

Rappel des faits :

Par   – Le Figaro

Mis à jour

Publié

Il y a cinq ans, en 2014, un légionnaire et sa compagne sont accostés par un dealer gare du Nord, à Paris. La discussion avait dégénéré, le dealer avait sorti un couteau et poignardé à la main le soldat qui avait réussi à arracher l’arme des mains de son agresseur. À la suite de l’affrontement, l’agresseur s’était effondré pour décéder quelques heures plus tard à l’hôpital des suites d‘une blessure à la cuisse.

Le dealer, connu des services de police et en fuite pour s’être soustrait aux conditions de l’aménagement de sa peine, avait déjà été condamné pour violence avec armes. Il était sous l’emprise de l’alcool et du cannabis au moment des faits.

Pour l’accusation, l’accusé a volontairement porté un coup de couteau à la cuisse de la victime, elle conteste donc la thèse de la légitime défense. Pour Me Henri de Beauregard, l’accusé «avait la main transpercée de part en part, du sang qui giclait, la douleur qui lançait, et un agresseur qui ne cessait de revenir. Il a fait au mieux, avec le seul souhait de se protéger et de faire cesser les assauts». Selon son avocat, aujourd’hui, «il continue à dire que quelle que soit la manière dont il réexamine la situation, il ne voit pas comment il aurait pu faire autrement».

« Ce garçon a servi la France pendant des années. Il s’est trouvé dans une situation qu’il n’a pas choisi. À la barre, il s’est expliqué avec pudeur et respect, et la Cour l’a cru. Sa place n’était pas dans une cour d’assises. Il serait indécent de crier victoire alors qu’un homme est mort, mais c’est un soulagement », réagit Me Henri de Beauregard, avocat de l’accusé qui avait plaidé l’acquittement.

Il est à déplorer tous ces mois de procédures et périodes d’incarcération imposées à un soldat de la nation, qui face à l’agression dont il a été victime avec sa compagne, n’a réagi qu’en état de légitime défense. Heureusement, l’issue est heureuse et nous en profitons pour remercier Maître Henri De Beauregard d’avoir défendu son client, avec convictions et succès.

Que le temps efface vos peines endurées, légionnaire !

Mercedes CREPIN

Crédit photo : Pixabay

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.