Lundi 2 Décembre 2019 restera une date empreinte de grande tristesse pour nombreuses et nombreux d’entre nous. Nous avons retenu notre souffle non nos larmes lorsque dans la cour des Invalides, sonna le clairon en hommage à nos treize fils morts dans l’exercice de leur mission, le 25 Novembre dernier au Mali.

Vous avez été nombreuses et nombreux, sympathisantes et sympathisants civils, anciens combattants et bien sûr frères d’armes dès 11h30 à  accomplir  votre  devoir  d’hommages et de reconnaissance lorsque le cortège funèbre transportant les treize corps de nos militaires, franchit le Pont Alexandre III.  J’en fus témoin.

Puis dans la cour des Invalides, présents physiquement ou devant nos écrans de télévision nous avons courbé l’échine face à l’engagement émérite de tous nos militaires qui chaque jour avec fierté et abnégation, défendent les couleurs de la nation au prix du sang versé mais de rappeler également au prix de la blessure psychique et physique.

Car en effet, personne sous la sphère médiatique  n’en a   parlé et nous   mettons   un poing d’honneur au sein de la rédaction du Journal Le Conscrit à l’évoquer clairement : quid des camarades de nos treize soldats décédés qui ont eu sur place la douloureuse mission de ramasser les dépouilles de leurs frères d’armes dans les décombres des carcasses de fer ? Rien d’anodin, loin de là. A vous tous camarades, qui avez eu à exécuter cette douloureuse mission, nous vous adressons soutien et souhaits exprimés d’accompagnements psychologiques face à la situation traumatique endurée ainsi qu’à vos familles qui devront le comprendre nécessairement à votre retour. Il ne fait aucun doute, nul homme fut-ce-t-il un militaire aguerri, ne peut sortir indemne d’une telle mission.

Enfin, soyons toutes et tous unis dans le soutien pour treize familles dans la douleur terrible vécue face à  la perte de l’être aimé, du conjoint, du compagnon, du papa, du frère, du fils, du petit-fils… Que la sérénité trouve le chemin de leurs cœurs.

Le lien armée-nation ne doit pas seulement être vivant et renforcé suite à la perte tragique de nos soldats. Il doit l’être chaque jour, dans la reconnaissance et le respect des valeurs d’intégrité et courage de plusieurs milliers d’hommes et femmes de nos forces armées, engagées au service de notre pays. Quel    que   soit   le   corps d’arme, n’oublions jamais qu’ils exercent leurs missions avec le devoir de nous protéger contre l’ennemi, chez nous comme en terres étrangères.

Souvenons-nous en lorsque que nous voyons nos militaires patrouiller sous nos fenêtres, dans nos rues et gares. Bientôt en périodes de fêtes tandis que nous serons au chaud à fêter la nativité, nos soldats loin de leurs proches seront présents dehors dans nos villes, pour notre seule sécurité. N’oublions jamais que lorsque déployés à l’étranger, ils partent avec ce seul devoir, celui de la défense de leurs compatriotes soit vous et moi, en exerçant leurs missions avec honneur parfois au prix du sacrifice de leur vie et de la blessure visible ou invisible.

Rappelons-nous tout un chacun que le soutien de la nation est la motivation première pour nos soldats, toute arme confondue.

Force et honneur

La Rédaction

Mercedes CREPIN

Crédit photo : Page FB Notre armée d’hier et aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.