«Nos Armées méritent les moyens à la hauteur de leur engagement exceptionnel» F. PARLY

«Nos Armées méritent l’honnêteté, pas les polémiques inutiles. Nos Armées méritent les moyens à la hauteur de leur engagement exceptionnel que leur donne la loi de programmation militaire…» Le ton est donné !

C’est ainsi que la Ministre des armées, Florence PARLY entame sa mise au point dans les colonnes du Journal Le Figaro, sur les critiques provoquées par le budget des armées dont le budget Opex et Sentinelle revu à la baisse .

Le terme employé de La Ministre, s’agissant « d’honneteté» provoquera la surprise voire une certaine colère légitime, se rappelant que les armées devront financer les opérations Opex et Sentinelle à hauteur de 404 millions d’euros supplémentaires cette année, selon le projet de loi de finances rectificative (PLFR) présenté mercredi 7 Octobre amputant de 319 millions d’euros le budget d’équipement des forces.

Permettez-nous, Madame la Ministre, d’apporter un rectificatif de circonstances : nos armées plus que jamais méritent les moyens à la hauteur de leur engagement exceptionnel que la Loi de programmation militaire 2018 ne leur donne pas, rabotant une fois de plus le budget équipement des forces et favorisant 61 salaires d’officiers Généraux de plusieurs dizaines de milliers d’euros. 

Considérez plus que jamais vos soldats, Madame La Ministre, tous grades confondus, en relevant leur indice de solde, en payant en temps et en heure leurs primes, en refusant des logements insalubres pour les missions Sentinelle, en abandonnant toutes poursuites de recouvrement liées aux dysfonctionnements LOUVOIS, en permettant aux militaires déployés de communiquer gratuitement avec leurs familles. Permettez des rotations de déploiements qui les aident à se projeter dans une vie familiale, saluez leur engagement en leur octroyant des primes eux-aussi, au même titre que les officiers Généraux. Donnez leur un régime de retraite qui les fidélisera et maintenez la pension de retraite à jouissance immédiate (PRJI) pour celles et ceux rendues à la vie civile.

Ainsi, vous ferez preuve d’honnêteté en commençant à donner de réels moyens humains à vos forces armées, à la hauteur de leur engagement exceptionnel qui à ce jour, connait démotivation et éreintement.

La rédaction.

Publié le 12/11/2018 à 19h51- Le Figaro

Par FLORENCE PARLY

EXCLUSIF – François Cornut-Gentille, député (LR) et rapporteur spécial des crédits de la Défense, a qualifié de « coup de poignard aux armées » la décision du gouvernement de mettre à la charge du seul budget de la Défense la totalité du surcoût des opérations extérieures pour 2018, surcoût jusqu’alors assumé par plusieurs ministères. La ministre des Armées répond aux critiques.

Alors que le projet de loi de finances rectificative est examiné au Parlement, certains alimentent une polémique aussi frénétique que vaine. Les chiffres du budget 2018, du budget 2019 et de la loi de programmation militaire s’emmêlent, s’entrechoquent, s’additionnent et se contredisent. Entre deux calculs douteux, les contempteurs de la remontée en puissance historique du budget des armées s’accordent cependant sur une chose: dire que rien ne va.

Nos Armées méritent l’honnêteté, pas les polémiques inutiles. Nos Armées méritent les moyens à la hauteur de leur engagement exceptionnel que leur donne la loi de programmation militaire, pas des contre-vérités anxiogènes.

Par ces quelques lignes, je souhaite ramener le calme, rappeler l’essentiel, et donc les faits. Je connais les enjeux de la préparation de nos forces. Je sais notre responsabilité à maîtriser un budget en hausse à l’heure où les finances de l’État sont contenues par l’indispensable maîtrise du déficit public.

Le budget 2018 augmente de 1,8 milliard d’euros par rapport à 2017. C’est une hausse historique après des années de réductions massives des moyens accordés à notre défense au moment même où nos engagements militaires ne cessaient de croître.

Dès l’année prochaine, nos forces percevront les premiers effets, très visibles, de cette remontée en puissance : livraison d’une frégate multi-missions, de drones Reaper, de fusils HK 416, de blindés Griffon, d’un A400M Atlas, d’un A330 Phénix, de gilets pare-balles et bien d’autres équipements

Ce budget sera respecté à l’euro près. C’est ce que dit le projet de loi de finances rectificative: 400 millions d’euros sont redéployés pour assurer un financement complémentaire des opérations extérieures (opex). Et cela, grâce à un budget sincère, à une gestion rigoureuse des moyens accordés à notre ministère et grâce à une maîtrise des surcoûts opex. Ces redéploiements n’auront aucune conséquence sur les commandes et les livraisons de matériels au profit des Armées, aucune conséquence pour nos forces.

L’année 2018 a lancé la remontée en puissance de nos Armées. Le budget de l’année 2019 va poursuivre cette dynamique avec une nouvelle hausse de 1,7 milliard d’euros. Cela va continuer jusqu’en 2025, conformément à la loi de programmation militaire 2019-2025. Cette loi, ne l’oublions pas, ce sont 295 milliards d’euros attribués au budget du ministère. Elle permettra le renouveau de notre outil de défense et donnera des résultats concrets, tangibles, rapidement.

Dès 2019, ce sont 4 milliards d’euros de plus pour notre défense, comparé à 2016. Dès l’année prochaine, nos forces percevront les premiers effets, très visibles, de cette remontée en puissance: livraison d’une frégate multi-missions, de drones Reaper, de fusils HK 416, de blindés Griffon, d’un A400M Atlas, d’un A330 Phénix, de gilets pare-balles et bien d’autres équipements, petits et gros.

Les engagements du président de la République pour nos Armées n’ont pas changé. L’ensemble du gouvernement s’y tient et y veille. Et nos Armées n’oublient pas les coupes claires des décennies précédentes. Les grincheux d’aujourd’hui sont les faucheurs d’hier.

Crédit photo : Wikipedia.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.