Un Phénix ravitailleur pour l’Armée de l’Air.

Dévoilé le 6 Juillet dernier sur la page Facebook officielle Armée de l’Air, le Phénix , nouvel avion ravitailleur A330 MRTT (MultiRôle Transport Tanker), a ainsi déployé ses ailes publiquement sur les réseaux sociaux. L’appareil avait décollé de l’aéroport de Manching, dans le sud de l’Allemagne, et rejoignait les installations implantées à Torrejon, dans le centre de l’Espagne.

Dans les faits, le Phénix a fait son premier vol depuis l’aéroport de Toulouse-Blagnac le 16 juin 2016. Le 22 juillet 2016, il a été acheminé dans les installations d’Airbus Military Conversion Centre, à Getafe, en Espagne, afin d’y recevoir ses équipements militaires dont le dispositif de ravitaillement en vol. Le premier vol avec ces équipements a eu lieu le 07 septembre 2017. En novembre 2017 il a rejoint la France sur la base aérienne 125 d’Istres-Le Tubé, dans les Bouches-du-Rhône, pour y mener une série d’expérimentations. Le personnel navigant a ainsi effectué des essais de transfert de carburant, avec notamment un Mirage 2000N ainsi qu’un Rafale. S`agissant également de tester le comportement du Phénix dans des situations d`urgence telle que, par exemple : voler avec un réacteur sur deux. À l’issue d’une campagne de vols de certification assurée par Airbus, ce premier Phénix sera pris en compte par les équipes de qualité et d’essais de la Direction Générale de l’Armement (DGA). Ce n’est qu’après avoir obtenu sa qualification étatique qu’il sera remis, en octobre 2018, à l’armée de l’Air.

L`A330 MRTT viendra remplacer la flotte des 14 avions ravitailleurs KC/C-135 mais aussi les avions de transport A-310 et A-340 . Le Général LANATA alors Chef d’Etat Major de l’Armée de l’Air en Juillet 2017,  n’avait pas hésité à mettre en garde sur « l’âge excessif de la flotte C-135 FR – plus de 50 ans – qui expose nos capacités à un risque trop important » Et de rajouter que « la charge de maintenance de nos vieux C-135 a doublé ces dix dernières années, passant de 20 heures à 40 heures de maintenance par heure de vol réalisée, générant une pression considérable sur le personnel de maintenance ».

D’où l’annonce faite le 20 Septembre dernier par la Ministre des armées «d’avancer d’ici 2023, soit deux ans plus tôt que prévu, la livraison de douze avions et de créer les conditions pour porter la flotte à quinze appareils dans les années qui suivent».

Concrètement sur le terrain, le Phénix sera chargé de mener des missions de ravitaillement en vol, indispensables dans les opérations extérieures, pour les entraînements en France et surtout pour la mission de dissuasion nucléaire. L’appareil dispose pour cela d’une perche rigide centrale et d’une nacelle sous les deux ailes. Contrairement aux C-135FR actuellement en service et emportant 17 tonnes de carburant, l’A330 MRTT emporte lui pas moins de 50 tonnes. Le Phénix dispose également d’une autonomie de 4h30 sur la zone des opérations et peut opérer jusqu’à      2000 kilomètres de la base de départ.

L’A330 MRTT aura aussi pour mission, l’évacuation sanitaire, capable d’accueillir et de rapatrier en métropole vers les hôpitaux spécialisés des blessés de guerre. Par ailleurs, l’appareil pourra effectuer des missions de transport avec une capacité d’accueil de 271 passagers à 10 000 km, ou 40 tonnes à 7 000 km.

Il peut aussi servir de Relais Commandement avec une extension des communications pour les aéronefs évoluant dans la zone d’opération. En outre, il peut aussi faire office de relais d’informations ISR (Intelligence Surveillance et Reconnaissance), avec une capacité de réception, de traitement et de diffusion des données reçues.

Nous ne contredirons pas le Général LANATA, il était plus que temps que notre armée de l’Air rajeunisse sa flotte d’aéronefs dont certains ‹coucous› de plus de 50 ans qui auront plus que rempli leurs missions.

A310 MRT

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.